De Kambove à Harvard, Sur les traces des grands noms

Partager

Si vous le croisez dans pour la première fois dans un couloir d’un hall et dans une salle de conférence  en République Démocratique du Congo ou ailleurs sans que personne ne vous le présente, vous allez facilement le confondre aux adeptes de la ‘’politique de bonne impression’’ venu chercher à qui offrir les services d’intermédiaires au sens vulgaire du terme. Le monsieur à la démarche calme mais posée n’aime pas se mettre en exergue.

Si vous le croisez dans un restaurant, vous risquez de le confondre à un viveur alors que ce jeune cadre marié et père de trois enfants aime passe son temps, hors des heures de service, en famille. Ne commandez pas de bière (alcool) chez lui parce qu’il n’y en a pas. Une bonne discipline pour la santé.     Quand il va dans un ou deux restaurants de Lubumbashi où il habite, en tenue de relax, c’est soit pour des rendez-vous avec des potentiels partenaires, soit pour recevoir un hôte de marque et pour un timing précis.

Vous voulez le découvrir et l’entendre parler en publique? Posez lui une question d’économie politique ou sur les activités du Groupe pour lequel il travaille. C’est alors que vous découvrirez un certain Eric Kalala Nsantu vous expliquer comment son entreprise est ‘’présente en République Démocratique du Congo depuis 1953, qu’il est le premier employeur privé en Afrique et leader international du transport et logistique, que son expertise et expérience le classent parmi les dix premières compagnies de transport et logistique au monde dotée d’un réseau logistique intégré en Afrique, et que pour répondre aux besoins de leurs clients, il construit dans les provinces du Haut-Katanga et dans le Lualaba.’’

Il maîtrise bien ses sujets, il connaît par cœur son entreprise, l’aime et y travaille avec loyauté et dévouement. Des qualités cardinales dont les nations et les entreprises ont besoin pour le développement.

Amateur de tennis, monsieur Kalala n’est pas timide ni ne crains les gens, il n’est pas réservé ni n’évite les gens. Il est souvent souriant et aime débattre des choses sérieuses avec ses compagnons. Comme tout bon fanatique du football, il ne cache pas son soutien à Barcelone FC (Le Barca), il est jovial mais modéré, responsable et respectueux. ‘’Eric est un gars intéressant et sympathique,’’ m’a dit dernièrement Vincent Rouget, Analyste Associé chez Control Risks qui l’avait rencontré.

De Kambove à Harvard

Eric Kalala a un parcours scolaire exceptionnel que seul le ciel pourrait expliquer.

Né en 1979 à Kambove, une cité minière du Haut-Katanga,  et troisième d’une famille de six enfants, il fit ses études secondaires chez Les Loupiots, une des prestigieuses écoles, à Kinshasa puis s’envole pour la Belgique d’où il sera Diplômé de l’Université Catholique de Louvain avec une Maîtrise d’Ingénieur Commercial. Il se rendit ensuite à HEC-Paris et y obtint un CEMS Master en Management International ou Master in International Management (Community of Européen Management School est consortium des meilleures écoles de gestion d’Europe dont une par pays). L’actuel Président français était passé par là.

Deux choses au mûr derrière son bureau de Lubumbashi attirent tout visiteur attentif : la carte d’opération de l’entreprise domine à côté d’un petit et précieux cadran aux insignes de la prestieuse univesrité américaine Harvard.

‘’Et oui, je suis passé par Harvard Business School aux Etats-Unis et       obtenu  un GMP avant de rejoinder le Département des Finances du Groupe Bolloré en 2003.’’  Confie-t-il aux            curieux intéressé par ce detail.

Pourquoi cet attachement au Katanga et un amour de Kambove affiché sur ton profil Whatsapp malgré les opportunités de gagner mieux ailleurs et un cursus académique exceptionnel pour un jeune sorti d’une cite rurale dans la profonde République Démocratique du Congo? Lui demanda un journaliste. ‘’Je suis un fils de Kambove, je crois au Katanga et à l’apport que doivent donner ses fils pour une diversification et une industrialisation de son Economie’’, répondit-il sans pince sans rire.

Actuellement Directeur Général Bolloré Africa Logistics RDC/Katanga, ce catholique jeune cadre , adepte de  Gestion participative, crie haut et fort que ‘’la femme katangaise, congolaise, a une place certaine essentielle dans le développement local et la reconstruction nationale. Et en temps que part essentielle de la société, elle doit comprendre qu’elle est la pierre angulaire de toute entreprise, y prester de manière décomplexée et totalement égalitaire.’’

L’histoire retiendra avec fierté que ce katangais apolitique est bien passé dans les mêmes écoles que des grands.      

Par Precious Kanam, Parfait Barack & Ben Nkaya

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
30 − 24 =