Henry Thomas LOKONDO: “Il faut reconsidérer les ordonnances GCM-SNCC car sur les 18 membres nommés 16 sont Katangais”

Partager

Faisant allusion aux négociations entre le Front Commun pour le Congo ( FCC) et le Cap pour le Changement  ( CACH) portant notamment sur la répartition des postes au sein des entreprises publiques de l’État, certaines voix se lèvent pour délimiter le cadre des discussions qui selon elles ne doivent pas toucher à la Gecamine et à la SNCC dont les ordonnances portant nomination des mandataires ne sont toujours pas d’application.

Dans un entretien accordé le 22 février à nos collègues de 7SUR7.CD, Henry Thomas Lokondo, semble ne pas partager cet avis. Il estime que ces ordonnances n’ont respecté ni la loi, ni la procédure.

“Sur le plan de droit, ces ordonnances sont inconstitutionnelles, la procédure n’a pas été respectée, une ordonnance du président de la République ne peut pas être signée par un premier ministre démissionnaire, Tshibala avait déjà démissionné, aussi le gouvernement ne s’était pas réuni pour ça et on ne peut accepter ça”, affirme l’élu de Mbandaka dans la province de l’ Équateur.

Autre chose qui pousse Lokondo à demander la remise en question de l’application de ces ordonnances de la Gécamine et de la SNCC c’est le fait que pour lui, il met à mal l’unité nationale.

“Sur les 9 membres du conseil d’administration par exemple de la Gécamines, tous sont katangais sauf un seul est non Katangais, pareil du côté de la SNCC sur les 9 membres 8 sont Katangais. D’où vient cette histoire qui met à rude épreuve l’unité nationale”, s’ interroge Lokondo.

C’est pourquoi on dit, il faut qu’on reconsidère les choses, il n’ y a pas de honte à cela. “C’est l’une de bonnes qualités d’un homme”, a-t-il renchéri.

Pour soutenir cette position, le Coordonnateur de la Campagne ‘’Touche Pas A Mon Cobalt’’ fait remarquer : ‘’Le député Thomas Lokondo a raison. Même si la loi ne l’interdit pas, le Code de déontologie des administrateurs est irrité par le fait qu’il y a un neveu et un oncle, quatre ressortissants du sud du Katanga, des cadres ayant démontré leurs limites managériales et des cadres Gécamines réputés sous-traitants dans le Conseil d’Administration alors qu’il y a plusieurs congolais compétents et qui maîtrisent le secteur minier du pays ainsi que les milieux miniers-financiers internationaux mais négligés et ignorés parce que non alignés politiquement. Après avoir promis son soutien total aux dirigeants de Gécamines et leur politique de réforme et relance en 2019, il y a contradiction que des vieux directeurs de l’entreprise hostiles à toute réforme engagée et ayant mis fin aux prébendes et les GDH (Grands Directeurs Hiérarchiques) propriétaires des fermes et villas avec des enfants qui étudient en Afrique du Sud, Europe ou Amérique grâce aux ressources à tracer dans les relations incestueuses avec des partenariats.’’

Pour le député Lokondo, les entreprises publiques  deviennent maintenant  la colonne financière de l’État et il faut éviter de les politiser et que les candidats doivent répondre à des critères assez rigoureux.

En effet, c’est le 3 juin 2019 que les ordonnances du chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi portant nomination de nouveaux mandataires à la Gécamines et la SNCC ont été lues à la Télévision Nationale.

Par Ben N. & Elysée Odia.

Related posts

Leave a Comment

Résoudre : *
5 + 9 =